Passaros de Marianne Peretti bientôt restaurée grâce à des étudiants ?

 

Passaros Peretti Niemeyer Le Havre

Passaros de Marianne Peretti

Cher lecteur, si tu lis ces lignes, il y a fort à parier que tu connaisses l’espace Niemeyer. Son Volcan, sa bibliothèque, sa blancheur (presque) immaculée, la forme symbolique de sa colombe et  même feu l’Eden et le Cabaret Électrique doivent être ancrés dans tes souvenirs de bon Havrais. Nous n’avons certainement plus rien à t’apprendre sur ce forum de la vie havraise ; si ce n’est peut-être une chose : un élément du paysage manque à l’appel depuis plusieurs années. Une pièce bien plus méconnue des jeunes générations Havrais et pourtant historique : Passaros. Crée par Marianne Peretti lors de la création de l’espace Niemeyer, cette sculpture disparue du paysage pourrait bien retrouver sa place grâce à une équipe d’étudiants tout droit venue de Sciences Po.


PASSAROS, LES COLOMBES DE MARIANNE PERETTI

En 1982, l’ancien maire André Duromea choisit le célèbre architecte Oscar Niemeyer pour réaliser le Volcan. L’architecte brésilien accepta, mais imposa une condition : celle de laisser l’artiste franco-brésilienne Marianne Peretti réaliser sa contribution au titre du 1% artistique. Cette oeuvre, c’est Passaros – Les Oiseaux en portugais – inaugurée la même année : une sculpture représentant deux colombes en résine polyester de 1,80 par 2,25 mètres qui, comme le souligne la fondation partenaire La Sauvegarde de l’Art Français viennent rappeler l’architecture courbe de Niemeyer et sa symbolique de la paix.

Le tandem artistique avec Marianne Peretti initié en 1974 subsiste jusqu’en 2012, lorsqu’Oscar finit par s’envoler définitivement parmi ses colombes. Lorsque les travaux de rénovation du Volcan débutent en 2010, Passaros est retirée et stockée dans un entrepôt pour sa préservation. Huit longues années plus tard, l’espace Niemeyer a retrouvé sa blancheur immaculée et s’est vu réapproprié par les Havrais. Mais toujours pas de Passaros. La sculpture continue de prendre la poussière à l’ombre des vieilleries et sombre dans l’oubli.

Prendre connaissance de cette sculpture, c’est alors se demander : pourquoi n’a-t-elle n’a pas été rénovée au même titre que le Volcan et la bibliothèque, qui ont soulevé des budgets bien plus faramineux ? Si cette question reste sans réponse, quelques étudiants de Sciences Po eux ont décidé dans leur cursus de sortir l’oeuvre de Marianne Peretti de sa cage. Ils nous ont contacté dans le cadre de leur campagne de de communication ; nous nous sommes alors rendus à leur rencontre pour en savoir davantage sur leur initiative.

Passaros Peretti Niemeyer Le Havre

Passaros stockée en attente d’être restaurée

LA RESTAURATION DE PASSAROS INITIÉE PAR DES ÉTUDIANTS HAVRAIS

Un trajet jusqu’à l’antenne havraise de Science Po Paris plus tard et Marie-Palmyre, Laurine, Juliette, Amélie et Nicolas nous expliquaient qu’ils étaient membres dans le cadre de leur cursus du projet Le Plus Grand Musée De France, un outil de mécénat pour la restauration d’œuvres d’art sous la tutelle de La Sauvegarde de l’Art Français. L’objectif ? Soumettre à un comité scientifique rassemblé au Louvre trois œuvres potentielles à restaurer et trouver les fonds coûte que coûte pour sa restauration. L’an dernier, leurs prédécesseurs étaient parvenus avec succès à restaurer La Vierge Au Rosaire de l’église Saint-François.

Cette année, les étudiants ont porté leur choix sur Passaros dont les ravages du temps ont écaillé la peinture et effrité certaines parties de la sculpture. Si ce choix n’est pas le plus évident en termes de popularité, l’équipe a misé sur l’engouement des Havrais farouchement attachés à leur patrimoine et sur l’intérêt que présente la collaboration de Marianne Peretti avec le populaire Niemeyer. Une collaboration couverte par Yves Lo Pinto, journaliste et ami de Peretti, lors d’une conférence sur l’artiste franco-brésilienne début avril à la bibliothèque. Marie-Palmyre, Laurine, Juliette, Amélie et Nicolas ont alors fait appel à leurs réseaux, aux médias locaux et leurs propres moyens pour mettre en place une campagne de mécénat active depuis quelques semaines afin de financer la restauration.

Le Havre Passaros Niemeyer étudiants

Laurine, Juliette, Nicolas et Amélie

Les Havrais sont libres jusqu’à fin mai d’apporter leur contribution à la cagnotte dont le compteur s’élève déjà à presque 3 000 € sur les 3 482 € nécessaires à la restauration, ce qui indique déjà le succès de l’opération. L’excédent des recettes perçu par La Sauvegarde de l’Art Français sera reversé à d’autres projets de restauration et la Ville pour sa part s’engage à financer les socles. Et si huit ans après des étudiants parviennent en à peine quelques semaines à rendre Passaros flambant neuve aux Havrais, cela pourrait bien nous clouer le bec.


Faire un don pour la restauration de Passaros : https://www.sauvegardeartfrancais.fr/projets/passaros/

Et vous, vous en pensez quoi ?