La Transat Jacques Vabre 2017 sera-t-elle la plus havraise des éditions ?

transat jacques Vabre Le Havre

Crédit : lehavre.fr

Officiellement, Un Été Au Havre s’est terminé le 08 octobre dernier aux Jardins Suspendus lors de son week-end de clôture. Si un arrière-goût amer plane au dessus de la ville depuis le passage éclair des alphajets de la Patrouille de France, réjouissons nous : les mécènes n’ont pas fini de compter leur liasses qu’on nous annonce déjà que les cheminées vont se rallumer vendredi soir, synonyme d’un ultime chant de joyeux anniversaire. Ce rappel de fin, c’est l’ouverture de la 13ème édition de la Transat Jacques Vabre. Soit. On sait que vous savez ce qu’est la transat, mais à une époque incertaine où les sponsors ne cessent de déferler sur les quais, on ne sait parfois plus vraiment pourquoi on se rend sur les quais du Bassin Paul Vatine, si ce n’est pour acheter du café, un ciré jaune, une marinière ou une boîte de thon Petit Navire. Alors si toi aussi cher lecteur tu te sens concerné par cette dernière phrase, sache que cette année, les organisateurs de la transat cherchent à te faire lever de ton canapé. Alors viens, chausse tes bateaux et sors prendre une bouffée d’iode pour prendre part au rêve médiatique de la Route du Café.


DES SACS DE CAFÉ À LA FOIRE AUX SPONSORS

On a tendance à l’oublier, Le Havre, qui fût un temps bien connu pour son import/export de sacs de café, est partenaire de la Transat Jacques Vabre depuis 1993. Cette année là, Jacques Vabre, la marque alors leader en vente de café, organise la première course baptisée La Route Du Café au départ du Havre jusqu’à Cartagena en Colombie, pour créer des liens internationaux aux prémices de l’ère du commerce équitable. Enfin, ça c’est ce qui est écrit sur le papier. L’évènement sportif est un succès et est reconduit. Édition après édition, bateaux et sponsors se multiplient et les sacs de café sont remplacés par des produits sortis de l’usine marketing. Alors que Le Havre reste la ville partenaire depuis l’origine, la destination d’arrivée elle ne cesse de changer, jusqu’à que l’on se demande si le choix se porte sur la découverte d’une nouvelle terre de torréfaction ou sur la plus grosse liasse agitée en l’air. Depuis, la portée médiatique toujours plus démesurée de la transat ne cesse d’attirer des acteurs économiques venus profiter d’une manne financière importante, pendant que les Havrais eux semblent tenus à un rôle de spectateur.

C’est un constat, aujourd’hui les Havrais se sont beaucoup désintéressés de la Transat Jacques Vabre. L’évènement, qui revient à la même période tous les deux ans, est mieux réglé qu’une montre suisse, et est devenu un standard de la vie havraise. Certes la transat a toujours son public, plus ou moins passionné, plus ou moins familial, plus ou moins curieux, qui vient flâner le long des mâts et s’imagine un jour à la barre de l’un de ces bijoux nautiques. Mais si sa médiatisation à outrance lui à permis de mieux se faire voir, elle l’a paradoxalement rendu plus aveugle : elle semble avoir, malgré elle, rejeté à la mer beaucoup de Havrais qui ne voient plus l’intérêt de la course, qui n’y voit qu’un évènement haut de gamme consacré au monde sportif. Evidemment, la transat n’est pas que cela, mais comme elle l’a prouvé pour Un Été Au Havre, il semble que ce soit la population havraise qui fasse ou non le succès d’un évènement de sa ville.

transat Jacques Vabre Le Havre

La team Sodebo au départ lors de l’édition 2015 Crédit : Olivier Blanchet

EN 2017, CAP SUR LES HAVRAIS ?

En 2017, et forcément en cette année des 500 ans, la grande famille de la Transat Jacques Vabre a compris que pour séduire les Havrais, elle devait revoir sa stratégie. Pour cette opération séduction, elle a contacté en toute transparence les médias alternatifs havrais pour redonner sa dimension humaine à l’évènement. Cela inclue la petite équipe des Havraisemblables qui, pour s’en assurer, aura accès aux pontons et autres espaces réservés à la presse, mais surtout conserve avec les autres médias sa liberté d’expression. Ainsi nous serons régulièrement sur place pour tâter la température et tenter de répondre à la question fatidique : a-t-on cette année droit à une « Transat Jacques Havre » ? Et on espère que nos homologues brésiliens, s’ils existent, se posent la question de leur côté.

Cette année en principe, aucun public ne devrait être épargné, y compris les jeunes et très jeunes, avec la création de la régate étudiante et la Transat Jacques Vabre Junior, qui en partenariat organisera des repas brésiliens dans certaines écoles et permettra une rencontre entre les enfants et les skippers.

Mais parmi les nouveautés de cette édition spéciale anniversaire, c’est bien le programme des animations qui semble plus musclé qui retient notre attention. Outre des activités prévues quotidiennement, la transat mobilise le Magic Mirror’s tous les soirs jusqu’à 04 heures du matin avec des têtes d’affiches nationales mais aussi et surtout havraises, avec entre autres Aloha Orchestra, Djar OneNorth Harbor, et Kaddy and The Keys.

Ce dernier point est loin d’être négligeable puisqu’il était tentant de ne faire appel qu’à de grosses têtes d’affiches pour limiter le risque. Assurer une animation nocturne solide, c’était précisément le talon d’Achille de la programmation des Grandes Voiles, évènement similaire de Un Été Au Havre, qui au-delà de ça avait tout de même placé la barre très haut. Reste à voir si les Havrais n’ont pas été rassasiés avec les Grandes Voiles et sont prêts à remettre le couvert avec ces dix jours de transat.

Le Havre transat Jacques Vabre

Direction Salvador au Brésil Crédit : transatjacquesvabre.org

LA TRANSAT JACQUES VABRE 2017 POUR LES NULS

transat Jacques Vabre olivier Cardin Le Havre

Olivier Cardin Crédit : transatjacquesvabre.org

Ce qu’il faut savoir sur l’édition 2017, pour frimer sur les quais ce week-end et avoir au moins l’air de savoir pourquoi on se rend à la transat :

  • Le Havre se jumèle pour la course avec Salvador De Bahia, port d’envergure de presque 3 millions d’habitants et capitale de l’Etat de Bahia du Brésil.
  • La course s’étend sur 8 056 kilomètres
  • 39 bateaux viennent s’amarrer le long des quais du Havre parmi les 4 classes de monocoques et multicoques
  • 78 skippers prendront la ligne de départ, dont un équipage Normand : Olivier Cardin et Cédric Château qui vogueront sur le Région Normandie identifiable à sa voile arborant le blason normand
  • 9 nationalités entrent en compétition : France, Brésil, Espagne, Grande Bretagne, Suisse, Italie, Allemagne, Angola et Oman
transat Jacques Vabre Cédric château Le Havre

Cédric Château

Allez, bonne transat, et n’oubliez pas le #TJV2017 pour immortaliser l’évènement !

Toutes les infos sur le site officiel de la Transat Jacques Vabre : https://www.transatjacquesvabre.org

 

transat Jacques Vabre Le Havre

Feu d’artifice de l’édition 2015 avant le départ Crédit : Jean Marie Liot

Et vous, vous en pensez quoi ?