Le Festival Up Town retourne vos habitudes culturelles

« Tout se passe en bas ».

C‘est la réflexion plutôt réductrice que chaque Havrais, dans sa quête de lieux vivants où sortir le soir, s’est faite au moins une fois dans sa vie. Il existe toujours cette idée aussi persistante que facilement convaincante que la ville haute est un dortoir à échelle urbaine et que l’hypercentre de la ville basse draine à lui seul la vie nocturne. Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : c’est faux. Alors oui, pour se faire un ciné, on ira aux Docks ou au Sirius ; pour un théâtre, il y a le THV et le Volcan ; et on admettra de monter au Tetris ou au Sonic pour se rendre à un concert, car même si on a la rame parce que c’est « là-haut », le Fort de Tourneville, c’est chouette. Mais la culture havraise ne se résume heureusement pas à sa ville basse, elle s’est forgée dans toutes les rues de la ville, y compris – et surtout – dans ses quartiers populaires. Heureusement, certains (une minorité) l’ont compris et n’hésitent pas à traverser le tunnel Jenner pour se rendre au Théâtre des Bains-Douches ou au Bastringue, pour ne citer qu’eux. De ce constat s’est vu naître un festival jeune de seulement trois ou quatre années, dont l’ambition est d’inverser les publics cloîtrés dans leurs vieilles habitudes. On se mit à faire péter les watts au TBD et faire jouer des comédiens devant les amplis du Tetris. La ville basse venait en ville haute et la ville haute devenait la ville basse. Up Town était né.

UN FESTOCHE POUR BOULEVERSER VOS HABITUDES

Le Havrais a donc deux très mauvaises habitudes en ce qui concerne son approche culturelle : d’une part, cloisonner la ville basse et la ville haute comme le Ying et le Yang, et d’autre part, rester un public inconditionnel de ses établissements préférés. On ne parle évidemment pas (que) des piliers de bars, mais bien des consommateurs de musique, de films ou de pièces de théâtre. C’est un fait : le public du Volcan reste au Volcan, celui du Tetris au Tetris, celui du Sonic au Sonic, quitte à ce qu’on se tutoie un peu de temps à autres, mais pas trop.

Bien que la ville basse continue d’attirer les foules en fin de semaine, Frank Testaert, directeur du Tetris, explique pourtant que, bien sur la falaise, le Fort de Tourneville est le centre géographique de la ville. Il forme un triangle de proximité avec le TBD et le Bastringue. Le Tetris, à l’origine conçu sur un format musical, s’élargit aujourd’hui à d’autres formes d’expressions artistiques. Leur vint alors l’idée avec Ludovic Pacot-Grivel, directeur du Théâtre des Bains-douches, d’échanger l’espace d’un week-end la fonction de leurs établissements respectifs, afin de décloisonner leurs publics, de décaler leurs habitudes et d’inviter à la curiosité, pour ouvrir une bonne fois pour toutes la ville haute au reste de la ville. Up Town passa alors d’idée brillante à un festival fédérateur.

UNE PROG’ NON CONSENSUELLE, ABORDABLE ET MÉCONNUE

Cette année, Up Town prend encore de l’ampleur en embarquant avec lui Le Bastringue, la compagnie Akté, le Grain à Démoudre et le Val Soleil. Tous ces acteurs, pourtant de petites structures, ont pris le pari assumé de proposer une programmation méconnue – d’autant plus difficile à défendre – voire borderline, qui invite à l’ouverture, le tout à des tarifs abordables. Et puisqu’on vous aime bien vous gâter, on vous fait faire un tour d’horizon de la prog’ :

Jeudi 27 avril – FIGHT NIGHT de Ontroerend Goed 

#théâtre

On sera entre les deux tours des présidentielles, et ça tombe bien : Fight Night propose de faire l’expérience de la démocratie entre cinq candidats en cinq manches. Tous les coups politiques sont permis pour soumettre le spect-acteur qui aura le pouvoir de décision en votant sur son boîtier. Plus qu’une réflexion, cette exploration ludique de la scène politique emmènent le public à se questionner sur le pouvoir du vote et des conséquences de ses choix. Le spectacle est alors plutôt dans la salle que sur la scène puisque la fin est fonction des choix des votants, en nous amenant à nous réconcilier avec la démocratie – ou à son rejet total. Une prouesse de cette talentueuse compagnie belge, dont le peuple a par le passé démontré qu’il pouvait bien vivre sans gouvernement sans s’écrouler.

Tetris – 20h30 – 10/12/15€

Vendredi 28 avril – NANCY de Best Bets

#théâtre

À Times Square pendant les années 80, alors que la campagne anti-drogue JUST SAY NO bat son plein, Nancy Reagan, « First Lady », se retrouve dans une soirée entre junkies et travelos, dans une faune en opposition complète et clandestine avec le climat imposé par le pouvoir en place.

Julien Flament y interprète tous les rôles dans ce qu’on pourrait appeler un « one man theatre ». Cette farce amène à un questionnement social sur l’Amérique des années 80 en déjouant les apparences et les a priori.

Rendez vous au Tetris – 18h30 – 5€

Vendredi 28 avril – KEATON & TATI de la Cie « Ne dites pas non, vous avez souri »

#cinéconcert

Vivez un ciné concert jazzy à travers trois courts-métrages de Jacques Tati et Buster Keaton, dont la bande originale a été revue par les cinq musiciens d’Issachar en multipliant les clins d’œil et les décalages bienvenus, en hommage à des compositeurs et bruiteurs bien connus.

Tetris – 20h30 – 5€

Samedi 29 avril – MENDELSON

#concert

Après 20 ans de carrière, Mendelson joue son album « Sciences Politiques« , composé uniquement de reprises de chansons politiques, et non pas de chansons engagées. Même si dans un premier planne style est teinté d’humour noir et de tristesse, les adeptes de Leonard Cohen, Robert Wyatt, Sonic Youth ou Lou Reed y trouveront leurs compte.

Théâtre des Bains-Douches – 20h00 – 8/10€

Dimanche 30 avril – GHETTO BLASTER PARTY par Boogers

#balade-musicale

Là, c’est le meilleur pour la fin. Ou du moins s’il pleut, le plus original. Boogers donne rendez-vous au public à ciel découvert, chacun armé d’un poste radio ou de n’importe quel gadget pouvant capter les ondes. Tout ce qu’il joue, à l’aide de sa table de mixage embarquée sur l’épaule, est diffusée en ondes courtes sur son sac à dos. Le but : former une masse de musicos dont chacun diffuse sa musique autour de lui pour se transformer en véritable fanfare. Une procession finale qui part du Fort jusqu’au Bastringue en passant par le TBD. L’apothéose.

Départ du Tetris – 15h30 – gratuit

Crédit photo : festival Up Town


Réservations au Tetris et au TBD

Billetterie

Page Facebook du festival Up Town

 

Et vous, vous en pensez quoi ?