Le Wallaby, un bar qui a plus d’un atout dans sa poche pour rebondir

Le Wallaby Le Havre

En septembre dernier, le Wallaby rouvrait ses portes après plus de trois mois de fermeture estivale. Une période d’abstinence de cocktails étrangement longue, qui s’est finalement conclue par une nouvelle reprise de sa gérance. Exit les fermetures prématurées dans la semaine du bar qui, à la longue, ramenaient de moins en moins de clients. Un nouveau visage s’attèle désormais au mixage des fruits derrière le comptoir : Étienne, amoureux du rade et du quartier Saint-François, qui a désormais la tâche de faire rebondir le Wallaby le plus loin possible sur la rue de Bretagne.


Wallaby Le HavreLe Wallaby. Ce petit bout d’Australie dans le quartier breton. Un kangourou sur un panneau jaune, un éclairage tamisé, des cocktails personnalisés, et on avait dès son ouverture la recette d’un bar roots qui ramenait de la fraîcheur australe à la rue de Bretagne. Ceux qui l’ont connu lors de leur jeunesse galopante, fuyant l’amertume de la bière pour la douceur des fruits, pourront aujourd’hui témoigner que le bar est resté fidèle à l’esprit qu’il représente : le lieu idéal pour s’évader en afterwork, après une journée de boulot où l’on s’est senti au creux de la vague.

Avec sa façade en bois jaune légèrement de traviole et son enseigne bringuebalante, le Wallaby, depuis 6 ans qu’il existe, a su donner l’envie à ses clients d’enfiler un short à fleurs et mettre leur planche sous le bras, même pendant un hiver aussi rude que cette année. Plus d’une rencontre s’est produite dans son fumoir, véritable solarium d’hiver qui parachève cette ambiance océanique. Et pourtant, ce bar à la personnalité très forte n’a cessé de se faire de plus en plus discret ces dernières années. Étienne, lunettes de surfeur perchées sur sa tignasse par tous les temps, a pris le pari de reprendre la gérance en conservant soigneusement ce qui fait son concept, tout en appliquant les changements nécessaires. Habitant du quartier qu’il aime et connaît comme sa poche, il était le candidat idéal pour donner au rade un nouveau cap. On s’est accoudé au comptoir peu avant l’arrivée des premiers clients pour en savoir plus et siroter le cocktail de fruits frais du jour : orange, pomme, passion, pamplemousse, rhum blanc.

Étienne,

Quels changements as-tu opéré en reprenant la gérance du bar ?

Le Wallaby Le Havre« En reprenant la gérance, je ne pouvais changer ni le concept ni le nom du bar, même si cela n’a jamais été mon intention. J’ai installé une nouvelle enseigne plus attractive réalisée par Esprit 9, une boutique d’ameublement personnalisée du quartier. J’ai revu la disposition du bar en déplaçant les banquettes comme à l’origine, afin que l’arrière salle reste plus tranquille et pour laisser plus de mobilité autour du comptoir. J’ai également apporté des ajouts à la carte : j’ai remplacé la Northmaen, bière locale mais assez typée, par la Foster, et j’ai ajouté une bière du moment.

On peut maintenant grignoter avant d’aller au restau avec un plateau de charcuterie et/ou fromage, avec son petit beurre de ferme au piment d’espelette et poivre concassé – assez sympa, il faut le dire. J’ai aussi tenu à conserver le fumoir qui constitue une zone vivante du bar. Beaucoup de rencontres s’y sont produites et il garde les fumeurs à l’abri tout en évitant le brouhaha qui résonne dans la rue assez étroite. Enfin, je reste ouvert du mardi au samedi, jusqu’à 02h00 du matin même en semaine. »

Une des particularités du Wallaby, à la fois son talon d’Achille et paradoxalement un de ses plus gros atouts, c’est qu’il est situé au cœur de Saint-François, reconnu comme le « quartier des restaus ». La difficulté permanente pour s’y stationner rend l’îlot breton plutôt difficile d’accès le week-end, alors qu’on peut l’arpenter sans y croiser âme qui vive à la tombée du soir en semaine. Le bar, qui souffre d’un manque de visibilité de par son emplacement et le manque de passage, doit alors relever le défi de s’inscrire dans la dynamique du quartier.

Toi qui connaît bien Saint-François pour y vivre depuis longtemps, quelle place a-t-il dans le quartier ?

Le Wallaby Le Havre« C’est un quartier connu pour ses restaurants. Beaucoup de gens ne connaissent pas le Wallaby alors qu’il est ouvert depuis 6 ans. Le bar n’est pas très visible, il est excentré mais il se situe tout de même dans la rue principale. J’essaie donc d’impacter surtout avant et après les restaus. Je connais bien le quartier, et je suis heureusement soutenu par les locaux, comme les restaurateurs qui viennent au bar après leur service. Ils apprécient l’endroit. Plus loin dans la rue il y a aussi le Grizzly Bar, mais on ne se fait pas de concurrence, on a une bonne entente. Il y a cette ambiance vraiment spécifique à la rue de Bretagne où tout le monde se connaît. C’est une petite ville dans la ville.

On dirait que l’identité du bar compense son manque de visibilité.

« L’ambiance unique du bar y est pour quelque chose. C’est un petit bar et on peut y faire des rencontres facilement. Le cocktail de fruits frais ne se fait pas beaucoup, les tarifs sont assez attractifs et pouvoir choisir son alcool permet de faire varier les plaisirs. Depuis la réouverture il y a trois mois, la clientèle revient. Certains ne s’étaient même pas aperçus que le bar avait fermé pendant l’été ! Les gens redécouvrent le bar et repartent avec le sourire. »

Parle nous un peu de tes projets pour le Wallaby.

« Je devrais bientôt installer de nouveaux volets avec une déco unique qu’un ami va me faire dans l’ambiance du bar. Je vais aussi organiser des concerts avec des artistes locaux et je réfléchis à instaurer une happy hour. Je réfléchis également à monter « La ruche qui dit oui » au bar le mercredi soir. C’est un site de distributions de paniers fermiers par des producteurs locaux. Tu t’inscris, tu composes ton panier avec tes produits, puis on te propose une ruche – un lieu et un jour de distribution une fois par semaine. Les paniers proviennent d’un rayon d’une centaine de kilomètres. Les producteurs viennent distribuer eux même leurs produits donc ils peuvent te conseiller. Ils proposent un choix assez varié et les tarifs sont intéressants pour la qualité. Parmi les produits : oeufs, volailles, crèmerie – d’où les beurres spéciaux. Ca devrait prendre forme dans les semaines à venir. »

Vous pouvez proposer vos morceaux roots, reggae et rock pour venir alimenter la playlist du bar. 


Le Wallaby

10 rue de Bretagne

Quartier Saint-François

Page Facebook du Wallaby

Le Wallaby Le Havre

2 réactions sur “Le Wallaby, un bar qui a plus d’un atout dans sa poche pour rebondir

  1. De nouveaux des concerts au Wallaby ? Géniale idée, l’ancien gérant, Tom, avait lancé le concept depuis deux ans et je suis ravi d’apprendre qu’Etienne compte reprendre ça. C’était un bonheur de venir écouter les groupes locaux le jeudi.
    Hâte d’avoir la future programmation ! Longue vie au Wallaby Bar, où l’ambiance a toujours été géniale jusqu’à présent !

  2. C’est une très bonne nouvelle en effet! En revanche une fois de plus je m’aperçois que les gens ont la mémoire courte… il me semble que l’ancien gérant Tom avait déjà mis en place une belle dynamique dans ce bar… je trouve ça un peu déplacé que de ne pas l’évoquer dans cet article… en soit il est bien de vouloir faire de belles choses… mais il faut prendre en compte les choses déjà mises en place au préalable et de respecter le travail qui fut fourni par les prédécesseurs. Car les fois où nous nous sommes rendus dans ce bar, il y régnait non seulement une ambiance digne de ce nom, mais avec une régularité sur l’accueil, ainsi que les cocktails ! Bonne chance au nouveau gérant pour cette nouvelle aventure (de commerçant, car nous le sommes aussi !) qui l’attend !

    C.M

Et vous, vous en pensez quoi ?