The Crapsule Project : des capsules de bières, du street art, une cité portuaire

Avez-vous déjà aperçu ces étranges petites capsules parsemer votre promenade havraise ou décorer les murs parfois trop gris de nos grandes avenues ? Bourgeonnant à n’importe quel coin de rue, sur un mur, rambarde ou panneau, les Crapsules nous ont intrigué, c’est pourquoi nous avons mené notre enquête pour démasquer leur auteur et en savoir toute l’histoire.


The Crapsule Project Le HavreFigurez-vous que l’histoire a commencé il y a un an grâce à un mystérieux étudiant Havrais en recherche d’esthétisme et de ludisme. Attiré par le street art depuis son enfance, Bastien s’amusait déjà tout petit à coller des choses sur les poubelles, pour soit disant les rendre plus belles. Le street art pour lui, c’est partager sans démarche, c’est l’art gratuit. Tout le monde peut y avoir accès. Malheureusement, il est souvent trop éphémère, ne résistant pas au rouleau dévastateur des agents d’entretien communaux. C’est aussi le cas des Crapsules, très vulnérables de par leur petite taille et leur relief, que Bastien aimerait voir plus durables.

Puis, la vie étudiante est arrivée, avec ces soirées, parfois un peu trop cloisonnées dans un 18m², à jalouser les plus vieux qui avaient le Cabaret Électrique ou à imaginer l’utopie d’un centre ville plus nocturne, dans lequel on pourrait danser jusqu’au bout de la nuit sans subir le fameux « kuduro » ni craindre un œil au beurre noir à la sortie des boîtes. Les potes résolument installés dans le canapé faute de programmation au Tetris, les capsules et les déchets « made in débauche » se sont vite accumulés chez Bastien. C’est ainsi que l’idée d’anoblir les matériaux destinés à être jetés s’est développée chez notre artiste en herbe.

The Crapsule Project Le HavreThe Crapsule Project Le Havre

Au départ, assembler les capsules pour faire différents motifs ou objets était juste un loisir, puis il s’est mis à faire davantage de toiles. L’inspiration peut venir d’un endroit particulier, de la plage, du port, d’un autre thème ou encore d’une phrase. Puis au fur et à mesure, il s’est mis à les peindre, à utiliser divers matériaux tels que le Posca, l’impression et le collage, pour les mettre en scène aussi bien dans la rue que sur une toile appendue à votre mur. Découvrant un univers très large, on se laisse alors surprendre par un burger satirique ou un ovni débarqué de la planète LH, mais on croisera aussi des scènes de vie ou des citations quelque fois provocatrices qui nous bousculeront les méninges.

The Crapsule Project Le HavreAvec une soixantaine de Crapsules parsemées quasiment chaque jour par notre jeune artiste parfois aidé de petites mains, il est impossible, bon Havrais ou Havraise que vous êtes, que vous n’en ayez jamais croisé sur votre chemin. Discrètes et parfois bien cachées, elles se font désirer et forcent l’éveil des sens de l’observation et du détail. Cherchez les bien, ne rasez pas les murs sans lever un peu les yeux : elles sont là, sur votre chemin de tous les jours. Peut-être ne les verrez vous qu’une seule fois du fait de leur éphémerité. Crochées là le matin, déjà disparues le soir, certains se sentiront privilégiés de les avoir remarquées, d’autres rêveront qu’elles deviennent un jour pérennes afin de les répertorier sur une carte au trésor.

D‘autres encore se laisseront prendre au jeu du « Free Art », en partant dans une course effrénée chaque fois que notre artiste dévoile en photo le lieu où une nouvelle mystérieuse Crapsule vient d’être fraîchement déposée. En étant le premier à l’avoir découverte et photographiée, le vainqueur apportera la preuve d’avoir relevé le défi sur les réseaux sociaux et aura alors le privilège de s’accaparer celles-ci, les collectionnant tels des trophées en attendant le prochain round. Bastien cherche ainsi à éveiller votre esprit artistique et aimerait vous faire découvrir ou redécouvrir les rues, places et monuments du Havre parfois désertés, par l’intermédiaire d’une grande chasse aux Crapsules.

The Crapsule Project Le HavreThe Crapsule Project Le Havre

Voilà qui sonne comme les prémices de futurs projets pour notre jeune artiste dont l’idéal serait de voir naître, à terme, une application sur smartphone qui repérerait les œuvres de street art de la ville pour pouvoir les parcourir comme dans une galerie à ciel ouvert. Un recensement qui dans l’idéal ne se limiterait pas aux Crapsules mais pourrait être alimenté par des collaborations artistiques et qui ne manque que d’être soutenu par des associations locales et la ville du Havre. Avec l’élan de 2017 se profile ainsi l’idée pertinente d’un circuit artistico-touristique, qui emmènerait le flot de voyageurs et croisiéristes à la fois dans une épopée ludique et à la découverte de notre cité portuaire, au fil des œuvres artistiques locales.

The Crapsule Project Le HavreThe Crapsule Project Le Havre

Avec son univers crapsulaire, Bastien propose donc un concept novateur et prometteur qui ramène un vent de fraîcheur au street art havrais accessible à tous. Un beau projet qui mérite d’être développé et de surfer sur la vague des 500 ans.

Vous pouvez retrouver les Crapsules de Bastien, dont les fameux burgers, à la Cave à Bières du quartier Saint Vincent jusqu’à fin janvier, sur le site www.etsy.com/fr/shop/CrapsuleProject, et à la Maison des étudiants en Mars 2017.

La page Facebook du Crapsule project

La page Instagram du Crapsule Project

Crédit photos : The Crapsule Project

The Crapsule Project Le Havre

The Crapsule Project Le Havre

The Crapsule Project Le Havre

The Crapsule Project Le Havre

 

Et vous, vous en pensez quoi ?