Le Havre n’est pas celle que vous croyez ! – par Léopoldine

Je suis arrivée en famille de Paris au Havre il y a un an jour pour jour.

Je ne me faisais aucune idée de ce que j’allais trouver puisque je ne connaissais absolument pas la ville. Deux courts week-ends (avec un temps magnifique) pour trouver un logement…. et puis c’est tout. Je suis arrivée sereine mais avec les réflexions des amis qui revenaient en boucle.

Plage LH le havre

Je vous fais grâce de tout ce que j’ai pu entendre. Ce n’était pas très positif. Apparemment beaucoup de gens connaissent le Havre. Mais surtout, beaucoup de gens aiment ne pas aimer le Havre, cela a quelque chose de réconfortant. Y’a pire que chez eux. Le Havre ville grise et moche, c’est intégré dans l’imaginaire collectif. Sauf que….

Ce qui m’a le plus saisi, c’est la lumière.
N’oubliez jamais. Au Havre, il faut toujours avoir sa paire de lunettes de soleil dans son sac. La pluie cache souvent une magnifique éclaircie. La lumière ne vient pas de nulle part, elle est le résultat d’une ouverture de la ville sur la mer et des grands espaces que l’urbanisme lui offre pour s’épanouir. L’horizon qui apparaît progressivement entre les deux immeubles de la porte Océane lorsque l’on est sur l’avenue Foch, c’est savoureux. Se balader sur la promenade jusqu’au cap de la Hève, regarder les gros paquebots aller et venir, pouvoir se mettre à rêver de l’ailleurs alors que l’on est sur place, ça c’est magique.

La nature a la part belle dans cette ville, mais la culture n’est pas en reste. Evidemment ce n’est pas Paris, mais il ne faut pas comparer l’incomparable ! Ici, ce n’est pas comme dans la capitale où il suffit de se baisser pour cueillir. Ici, la culture se désire. Et si on la cherche, elle se dévoile. Et ce qui est fascinant, c’est que l’on se rend compte qu’il y a une foule de personnes prêtes à faire vivre la culture, à engager leur ville vers plus de créativité et la bousculer ! Les acteurs de la culture foisonnent, ils sont jeunes et ils ont des idées. C’est agréable de sentir que l’on est entouré de vibrations, de murmures.

LH le havre

Mais il y a aussi une mémoire du Havre. De vrais passionnés, jeunes ou moins jeunes qui pourront vous raconter une multitude d’anecdotes sur des quartiers, des bâtiments ou encore une rue, une maison. Les havrais aiment leur ville et ils la connaissent, ou bien cherchent à la redécouvrir.

J’aime le Havre parce que c’est une ville entière. Elle est attachée à son histoire mais elle accepte d’aller de l’avant. J’espère simplement que Le Havre saura garder son authenticité dans sa démarche de développement et ne pas trop miser sur l’industrie touristique.

Ce n’est pour moi qu’une ville d’adoption, mais je suis tombée immédiatement sous son charme et je ne peux pas conclure cet article parce qu’au fond j’ai encore beaucoup de choses à apprendre du Havre.

Bref, merci aux Havrais pour l’accueil et le prochain qui me parle du Havre comme d’une ville maussade où il ne se passe rien, je le prends par la main et je lui fais le tour du propriétaire. Comme cela il aura une idée de ce dont il parle. Non mais !

Léopoldine

Skate park le havre

7 réactions sur “Le Havre n’est pas celle que vous croyez ! – par Léopoldine

    1. j’ai « répondu » cela, à un « sudiste » muté ici, et qui, visiblement ne trouvait rien de positif au Havre …
      Mon Havre, ville de grâce, cité pleines de secrets
      Toi place où je suis né, et d’où, je « partirai »
      J’ai pourtant voyagé et vu d’autres cités
      Différentes et jolies, de belle renommée
      Aux millions de touristes, venus du Monde entier
      A toi, je peux confier, sans vouloir radoter
      Pas une d’entre elles une fois, ne m’a donné l’envie
      De plier mes bagages, et partir loin d’ici…

      Ici, c’est mon pays, mon jardin et ma vie
      Mon enfance, ma vie d’homme, y passèrent comme un trait
      En fait, ici tu vois, on ignore l’ennui
      Maintenant c’est le déclin, qui se présente bien
      Entre plage et forêt, j’entretien ma santé
      Là je promène mes chiens, ici je viens parler
      Avec mes vieux copains d’école et de quartier
      On refait notre monde, et nos vertes années…

      Mon Havre, ville de grâce, c’est vrai tu as changé
      Certes, ton architecture a subi des coups durs
      Et les hommes sont venus, pour panser tes blessures
      Par la couleur du temps, peut-être, heureusement
      Tu es restée la même, une fois grise, une fois bleue
      Oh toi, que l’on mérite, que si l’on sait t’aimer
      Qui ose te critiquer, sans même te connaître
      A ceux-là je leur crie, restez dans vos terriers !

  1. Nul ne guerit jamais de son enfance, havraise de naissance partie durant 29 années j’y suis revenue finir ma vie … rien ne pourrait ne faire oublier MON HAVRE ses embruns , sa pluie ses soleils, sa campagne environnante… malgré toutes ses années passées dans une région dite superbe l’AQUITAINE ! ici je REVIS !

  2. Oui moi aussi j’aime ma ville ,j’aime les quais et pêcher,parfois aussi entre pêcheurs nous nous faisons toujours un petit coucou,c’est zen et paisible ,cela détend….beaucoup de progrès ont été fait pour nous offrir un cadre de vie plus dynamique et convivial …….il y a ces couleurs dans le ciel que l’on ne retrouve nul par ailleurs,les peintres ne s’y sont pas trompes…le Havre nous rend poétique, rien qu’à lire ton article….Merci Leopoldine..

  3. Détester et critiquer Le Havre est un sport régional pratiqué surtout par ceux qui ne connaissent pas notre ville. Ce loisir est transmis de génération en génération par des normands qui ne se donne pas la peine de découvrir la ville par eux-mêmes et préfèrent restés dans le confort de la critique.

  4. C est une vieille de bientôt 500 ans ,,, qui perd son âme ,, à chaque nouvelle construction de béton ,,,, un havrais de pur souche depuis plusieurs générations.

Et vous, vous en pensez quoi ?