Ouest Track, la radio sur la longueur d’onde havraise

En vous promenant dans Le Havre depuis quelques jours, vous avez pu apercevoir, sur un feu rouge ou un mur, des affiches et des stickers de propagande noire arborant fièrement « Ouest Track Radio 95.9 ». Il se peut que ce nom en apparence barbare mais en réalité bienveillant vous dise quelque chose. Si d’aventure vous avez mis les pieds au festival Ouest Park l’an dernier, vous avez pu croiser, lors de vos nombreux allers-retours pour remplir de mousse votre joli éco-cup, une belle cage vitrée, remplie de tout un tas de cobayes s’agitant dans tous les sens, bardés de micros et et coiffés d’un casque : vous aviez alors la chance d’observer dans leur habitat naturel les petits gars de Ouest Track qui interviewaient les artistes après leur concert dans leur conteneur vitré. Si l’on vous parle de cette radio que l’on entend presque jamais, c’est bien qu’elle est spéciale à nos yeux. Retour sur la naissance du formidable outil qu’est Ouest Track, la radio indépendante du festival Ouest Park, égérie de la bande FM et ambassadrice de la culture musicale havraise.


Ouest Track Radio Le Havre

Crédit photo : @Ouest_track

Contrairement à la majorité des radios de la place du Havre, Ouest Track est une radio associative et indépendante chapeautée par Papa’s Productions, l’asso qui biberonne le Tetris. A l’époque où ce dernier n’existait pas encore, les puristes passionnés diffusaient leur playlist utopiques sur leurs webradios durant les nuits enivrantes du festival, en donnant vie à leur propre The Boat That Rocked. Puis l’une de ces radios a émergée, en prenant le pari d’obtenir une fréquence sur la bande FM : Ouest Track. Depuis maintenant trois ans qu’elle émet en FM, Ouest Track s’impose chaque année comme la radio culturelle du Havre pendant quelques semaines. Une période courte et dense mais qui ne cesse de s’allonger pendant laquelle la radio, qui s’est tue toute l’année, ouvre de nouveau sa voix pour partager au plus grand nombre son amour pour la scène locale et la musique indé. Afin de mieux comprendre sa genèse, il nous fallait forcément aller à la rencontre de Matthieu, locomotive radiophile du projet qui, dans l’effervescence de la préparation du lancement, a bien voulu nous parler du projet Ouest Track.

Matthieu,

Raconte nous comment est née l’idée de Ouest Track ?

« Ouest Track, c’est une histoire qui commence à remonter à quelques années et qui est intimement liée au festival Ouest Park. Depuis 2010, différentes radios sont venus poser leur studio durant le festival, que ce soit Radiocab, Radio6sons, Lhnouslanuit ou encore la Gonzo Compagnie. La diffusion était exclusivement sur le web. Au fil des années, et aussi pour marquer le coup, on a voulu tenter de faire une fréquence temporaire hertzienne en 2014. Et histoire de faire quelque chose de réalisable, nous avions fait une demande pour émettre durant les deux semaines qui précédaient le festival. En fait, au début on n’y croyait pas. L’histoire des radios associatives et indépendantes au Havre, c’est un peu l’arlésienne. Il y a toujours eu une légende urbaine comme quoi il n’y aurait jamais de fréquence attribuée par le CSA. On a fait le dossier histoire de… et on a reçu l’autorisation à peine 10 jours avant le démarrage. Autant dire que ça c’est fait avec beaucoup d’arrache, beaucoup de débrouille, du matériel emprunté à droite à gauche, et une grosse motivation ! »

Comment sa concrétisation a-t-elle été possible ?

« On entame la troisième saison. Nous avons reçu une subvention en 2015 pour soutenir la radio. Cela nous a permis d’acheter pas mal de matos, notamment toute la partie émetteur, antenne, etc. Au fil des années, on achète un peu de matériel pour compléter notre parc, et le gros du matos avait été acheté à l’ouverture du Tetris, en même temps que le matériel de sonorisation de la salle. On avait un peu anticipé cette volonté de faire de la radio. Désormais, on est plutôt assez bien équipé. On a su améliorer d’années en années nos configurations. Et cette année, il y a de plus en plus de monde qui participe. Toutes les émissions sont réalisées par des bénévoles. Nous embauchons uniquement Julien Lebidois (ex-Only Hit) sur la période de la radio pour assurer la plus grosse partie de réalisation des émissions. Cette année, on le fait exclusivement grâce aux fonds propres de la Papa’s Production, et nous n’avons obtenu aucun financement pour la radio. »

Ouest Track Radio Le Havre

Crédit photo : @Ouest_track

Cette année, l’équipe a vu encore plus grand et a recruté en nombre les acteurs havrais pour diffuser plus de contenu, plus longtemps et pour tous les goûts. Ouest Track grandit et nourrit son ambition, celle de réconcilier les Havrais avec une radio de qualité havraise, qui soit libre et n’obéisse pas aux standards des radios commerciales bouffées par les temps de pubs abusifs, inondées et lobotomisées par les derniers déchets sonores que leur refourguent certaines maisons de disques reconverties en pompes à fric. Ouest Track se montre digne de la richesse musicale et culturelle de notre territoire, non exhaustive mais néanmoins élargie à toutes les longueurs d’ondes du spectre musical. Ouest Track se veut sélective, curieuse et capable de poursuivre notre éducation musicale, en n’ayant pas froid aux oreilles de nous faire découvrir de nouvelles dimensions artistiques pour nous sortir de l’évidence.

Comment l’équipe de Ouest Track parvient-elle à retranscrire la culture havraise sur les ondes ?

« C’est assez spontané. Finalement, les acteurs qui vont intervenir pour animer la radio sont un peu les mêmes que l’on retrouve à l’année dans les différents projets qui font bouger le Havre. Je pense à l’Archibox, les Havraisemblables, Agend’Havre, La Gazette de la Mouette, We Love Le Havre, et tant d’autres… Je pense que, pour ces personnes, la radio est un nouveau vecteur de promotion de l’activisme culturel du Havre. 

Sur le principe, nous n’imposons rien et ne cherchons pas à entrer dans des formats. Chaque personne qui a souhaité participer est arrivée avec un concept. On a échangé collégialement, et on a validé l’intégralité des propositions. Pour cette nouvelle édition, cela représente 31 programmes inédits à fréquence variable (de journalier à hebdomadaire), et ça devrait représenter une centaine de voix différentes ! Sans parler de tous les invités qui se succéderont dans les studios. On n’émettra pas longtemps (5 semaines). On oubliera peut être de parler de certaines initiatives, mais je pense que l’on va couvrir un champ très large de l’activité culturelle au Havre. »

Quels avantages peut-on tirer d’une radio associative comme Ouest Track par rapport à une radio commerciale ?

« Clairement, une radio associative est moins liée à des « parts de marché » qu’une radio commerciale. Sans se voiler la face, une radio commerciale a pour but de drainer un public le plus large possible afin de vendre des encarts de pub à des annonceurs. Notre vision est très différente. Notre but est de proposer une radio de communication sociale de proximité. Une radio faite par les citoyens, qui parle de notre quotidien, de nos talents, de nos initiatives et qui valorise des esthétiques musicales plus expérimentales, moins commerciales… Par contre, là où l’on partage le même objectif que les radios commerciales, c’est que, nous aussi, nous souhaitons toucher le public le plus large possible. Mais pas pour monétiser ce panel, plutôt pour le sensibiliser, l’informer, lui faire prendre conscience de ce qu’il se passe sur son territoire, l’ouvrir à de nouveaux horizons… »

Ouest Track Radio

Crédit photo : Matthieu Lechevalier

Y a-t-il un espoir qu’un jour Ouest Track émette toute l’année ?

« C’est un doux rêve.
Pour le moment, l’attribution d’une fréquence permanente par le CSA semble compliqué. Ce n’est pas de leur fait. Nous avons de très bon rapports avec l’antenne de Caen. Mais il faut savoir que la position géographique du Havre rend la disponibilité de fréquences compliquée. Nous sommes très proches des côtes (anciennement) bas-normandes. Nous recevons donc pas mal de radios en double, triple voir plus (France Inter, France Bleu, etc.). Et puis, nous ne sommes pas si éloignés des côtes anglaises. Ils n’ont pas la même contrainte de puissance de leurs émetteurs et nous arrosent un peu !

Il y a peut être une piste à explorer avec la future RNT (Radio Numérique Terrestre). A l’image de la TNT, la radio devra passer en format numérique d’ici à quelques années. Mais c’est un projet de longue date, et ça semble un peu plus complexe que pour la télévision. Ce qui est sûr, c’est que les radios auront de lourds investissements à réaliser pour mettre à jour leur matériel et devront passer par des opérateurs privés pour diffuser leur signal. Fini le temps où il suffisait de mettre une antenne sur un toit pour pouvoir couvrir la ville ! »

Des projets pour la développer ?

« Si nous avions un axe à développer, il s’agirait de la sensibilisation à la radio, où comment se servir de cet outil pour mettre en place des actions avec différents publics (centre sociaux, public empêché…). La radio est un formidable moyen de médiation. Concernant le format, nous sommes en train d’étudier la possibilité d’émettre sur une plus longue période en 2017, en profitant des 500 ans de la Ville et de toutes les festivités qui auront lieu. Les autorisations d’émettre au-delà que quelques semaines sont un peu difficiles à obtenir auprès du CSA, alors il nous faudra un dossier plus costaud. Et puis évidemment, il nous faudra trouver des moyens financiers qui vont avec car, ne serait-ce qu’en présence humaine, ça ne sera pas la même donne. Parmi les priorités, on doit aussi améliorer la position de notre émetteur qui se trouve actuellement sur le toit du Fort de Tourneville, car il réside encore beaucoup de zones d’ombres au Havre où il y a de la friture ! »

Merci Matthieu !


Cette année, Les Havraisemblables font leur rentrée sur Ouest Track. Nous serons présents à l’antenne pour l’émission On refait LH le jeudi de 19h à 20h, accompagnées de la Gazette de la Mouette, de Louis d’AKASAVA et de Christophe, déjà reconnu entre nous comme le Big Brother expert musical de la bande spécialisé en RAP/hip-hop. Ça sera l’occasion de débriefer sur nos sorties de la semaine passée mais surtout de vous annoncer celles à venir, afin de pourquoi pas échanger avec vous !

La saison 2016 de Ouest Track a été lancée lundi dernier et cessera d’émettre le 23 octobre, à la clôture du Ouest Park. Pendant toute cette période, vous pouvez l’écouter sur 95.9 en dépoussiérant votre vieux poste, ou bien sur le site www.ouest-track.com et même en téléchargeant la nouvelle appli mobile rutilante par ici. À ceci, nous ajouterons la juste réflexion d’E. Philippe, une fois n’est pas coutume, qui nous guidait sur la voie de la curiosité lors du lancement de la saison lundi dernier : « on écoute des choses que l’on a envie d’écouter parce qu’on les connaît déjà ». Il ne vous reste plus qu’à régler votre poste sur 95.9.

 

Grille des Programmes

Ouest Track Radio Le Havre

Crédit photo : Collectif Intro

Vos réactions sur “Ouest Track, la radio sur la longueur d’onde havraise

  1. Crédits photos de la photo de couverture (Collectif Intro), les photos Instagram (sauf celle déjà créditées) : @Ouest_track 😉

Et vous, vous en pensez quoi ?