Je n’attendais rien du Havre, et c’est pour ça que ça a été aussi magique – par Flo

Le Havre

Je ne sais plus trop comment ça s’est passé, mais un matin, il y a un peu plus de deux ans, j’ai décidé de quitter ma région natale. Celle où j’ai grandi et quasi bouclé mes études. Une envie de nouveauté. Cette impression de voir toujours les mêmes personnes : dans les couloirs de la fac, dans la rue, dans les bars, de s’encroûter dans une vie routinière. J’avais envie d’un nouveau truc un peu fou. Un challenge. Là, vous avez deux chemins : « est-ce qu’elle est partie vivre à l’étranger ? Faire un tour du monde ? » ou bien « me dis pas que son challenge ça a été venir vivre au Havre ? ». Je vais peut-être vous décevoir, mais c’est Le Havre qui a été mon challenge.

Je n’avais jamais posé un orteil en Normandie et pour être franche, je ne savais même pas placer Le Havre sur une carte, et c’est ce moment magique où je me suis dit « heureusement Google Maps existe ». Je ne vous cache pas que pour moi la Normandie et la Bretagne c’était kif-kif, que le cidre c’était breton, que le Mont St Michel il était en Bretagne, que Le Havre c’était une ville portuaire, détruite par la guerre, dont on n’entendait pas beaucoup parler et je ne savais même pas à quoi ça ressemblait vraiment. La nouvelle est tombée, dans huit semaines je devais avoir déménagée. La première réaction des personnes qui m’entouraient a été unanime : – « Ah c’est cool ! En Normandie ! Et où exactement ? » – « Au Havre !!! » (grand sourire-kikoo-lol) – « Ah… Ouais, Le Havre, tu verras c’est pas terrible, y a des usines, et c’est gris, mais bon c’est cool hein… »

#têtedemerlanfritmêmepaspeurjesuisunewarriorlehavreçadéchire

J’ai tout laissé derrière moi. Moment tant attendu de la liberté. Je me suis jetée à l’eau et je n’ai rien regretté. LH aujourd’hui, c’est ma maison. Mon petit paradis. Quand j’y remets un pied, après un mois, six mois, un an sans y être allé, je dis toujours « Je rentre à la maison !!! ». Ici, j’ai rencontré des personnes en or massif, certaines avec qui j’ai juste passé quelques bonnes soirées, d’autres qui sont devenues mes meilleurs amis, que je n’ai jamais vraiment quitté, qui sont toujours dans mon cœur, malgré la distance, le temps qui défile et la routine de chacun. LH c’est archi cool. J’ai croisé des personnes ici, qui m’ont donné le goût de vivre à l’heure des marées, aux soirées sur la plage, aux soirées au Trappist ou au McDaid’s, à la coupe du monde à la Rade, aux cocktails de l’Abri Côtier, aux galets, au Fifty’s, aux Halles et son traiteur italien, à St Jo, à l’architecture Perret (euh… JOKER !), au poisson au barbecue, aux sorties en Porsche à Etretat, au camping, à Clécy, au paddle, aux Bains des Docks, bref à la vie. Ici j’ai appris que Le Mont St Michel est en Normandie, et que de l’autre côté de l’eau c’est déjà plus pareil.

Puis il y a eu ce moment où tout a basculé. Celui où j’ai eu peur à la vue des jours qui passent trop vite, au prochain déménagement qui m’attend, parce qu’ici, je me suis toujours sentie comme chez moi. Tellement chez moi, que j’ai converti mes plus proches amis à cette vie havraise. Aujourd’hui, je parle de la maison comme si j’y habitais encore. Quand je reviens, je me perds toujours autour de St Jo. Quand je vois la mer, j’ai les yeux qui brillent comme ceux d’un enfant devant un magasin de jouets. Ici, on est bien. Alors un jour, je reviendrai à la maison. Et Ce jour-là, vous serez tous invité pour l’ouverture de mon Bar Restaurant : « Chez Flo ».

Bienvenue à la maison, Boujou de Paris :-*


Flo

10712400_10204901617803027_6580069724405646567_o

Vos réactions sur “Je n’attendais rien du Havre, et c’est pour ça que ça a été aussi magique – par Flo

  1. La ville ne séduit pas d’emblée, il faut parfois l’apprivoiser, ou se laisser apprivoiser… Flo l’a fait, merci de le faire savoir, merci de raconter la ville autrement…

Et vous, vous en pensez quoi ?