Portrait #06 : L’univers onirique de Jade Bailleul

Portrait Jade BailleulJade Bailleul est une photographe qui a grandi au Havre. Depuis son enfance, elle sublime son attrait pour la mise en scène par la photo. Ses modèles reflètent son univers poétique, à travers des portraits nourris par l’influence certaine de ses années passées sur les planches du théâtre. On a voulu en savoir plus les rêves que Jade capture sur ses pellicules, de ses premiers pas dans la photo jusqu’à ses contributions au Havre, en soulignant les émotions qu’elle cherche à nous transmettre.


Jade,

Décris nous ton univers photographique.

« Je qualifierai mon univers d’onirique. Mes photos sont tout droit sorties de mon imagination, de mes rêves, des contes qu’on me lisait étant enfant, des films que j’ai pu voir et ce qui me touche. J’ai toujours aimé m’inventer des histoires pour jouer étant petite, ou pour seulement rêver et me sentir bien. Toutes ces photographies sont souvent inspirées de contes, et pourtant je ne veux pas mettre de légendes ou de titres à mes photos. J’ai vraiment envie de laisser le spectateur s’inventer son histoire à travers mes images et découvrir à quoi ça lui fait penser, c’est une très chouette sensation ! »

Comment ton parcours t’as permis de le définir ? 

« J’ai fait une seconde générale option théâtre. À l’époque je voulais faire un métier là-dedans, puis j’ai vite compris que finalement c’était vraiment la photo que je voulais et qui m’attirait comme un aimant. J’ai eu ma révélation quand je suis allée à la journée portes ouvertes du lycée St Vincent de Paul en 2007, où j’ai eu mon CAP et Bac pro photographe. Mes formations et mes stages m’ont aidé à gérer mes modèles pour les poses, mais aussi de savoir comment je voulais me placer dans ce domaine. C’est dans la mise en scène et le portrait que je me suis trouvée. »

Ton expérience avec le théâtre et la mode influence-t-elle tes mises en scène ? 

Jade 9« J’ai commencé la danse à 5 ans et j’ai poursuivi le théâtre à 10 ans. Je me suis mise à la photo par la suite avec des autoportraits et des mises en scène. Quand je me prends en photo, je me mets dans un autre rôle, ou quand je prends des femmes avec de longues robes avec du fumigène, c’est une scène que j’invente, un monde qui n’existe que dans mon imagination. Le fait d’avoir fait de la danse et du théâtre m’a apporté toutes ces pensées, ces histoires en moi. Je peux faire un peu de mode quelques fois, mais c’est surtout la pose que peuvent prendre mes modèles qui change et font appel à la mode. »

Parle nous de tes portraits. En quoi ce format t’inspire-t-il et que cherches-tu à transmettre ? 

« J’ai besoin de retrouver un personnage sur mes photos. Je veux soit raconter une histoire et faire ressortir une émotion à travers les personnes. Quand je fais des portraits, j’ai vraiment envie de montrer comment je perçois ces personnes là. Ça peut varier mais j’ai parfois envie de montrer une sorte de douceur, de tendresse, voire de la tristesse. Ça dépend du lieu, de mon état d’esprit, de celles des personnes. J’aime beaucoup parler avec mes modèles avant de faire les photos, j’aime connaître un minimum leur vie pour ensuite faire ressortir une émotion de cette personne. Ça me passionne vraiment. »

Comment procèdes-tu pour arriver à capturer ton portrait idéal  ?

Jade 10« Il y a eu un moment plus jeune dans ma vie, où j’ai pris mon petit appareil photo de l’époque, je l’ai posé sur un meuble et j’ai fait plusieurs autoportraits. J’y ai passé peut-être une heure, je recommençais, jusqu’à ce que je me dise, « Enfin ! Là voilà, la photo où il y a ce truc qui se passe !». Depuis c’est comme ça que je travaille. Je fais poser mes modèles, ça peut durer une demi-heure, une heure, parfois plus. Puis il y a un moment où mon regard ne va pas plus loin, ma gorge se serre : ça y est, c’est la bonne ! Je n’explique pas comment, je l’ai juste ressenti. Parfois il m’est plus facile de me photographier moi-même quand j’ai une idée qui ne peut pas attendre, ou parce que la lumière veut que ce soit tout de suite, ou tout simplement parce qu’il n’y a personne d’autre que moi qui sait mieux ce que je veux à cet instant là. »

En quoi sont liés Le Havre et ton travail ?

« Je suis née au Havre, c’est ici que j’ai grandi, que mes rêves se sont fabriqués, que mon monde photographique s’est crée. Cette ville m’a énormément inspiré, de par sa lumière, de ses lieux et des rencontres que j’y ai faites. J’ai réalisé des photos pour des groupes du Havre, tels que Aloha Orchestra, The Tinun’s, 13th Procession, Akasava, Golden Gloss and The Canon et aussi quelques comédiens de Paris. »

Où peut-on voir ta prochaine expo ?

Jade 11« En ce moment j’expose dix de mes photographies au Chat Bleu, avec un autre artiste. Il y aura un second vernissage le 13 mai lors d’une soirée concert, avec entre autres 13th Procession – avec qui je travaille parfois – et deux autres artistes qui seront exposés en même temps que moi. Ce sont dix photos qui ont un fil conducteur assez particulier : de la fumée autour de mes personnages, colorée ou blanche, danse autour des modèles que j’ai mis en scène. Il n’y a que des femmes dans cette série, habillées de grandes robes ou de nu décoré. C’est vraiment ce genre de photographies que j’appelle des mises en scène. Je prends le lieu et je me l’approprie, je le décore comme je l’entends et place la fumée exactement où je le souhaite pour qu’elle tombe parfaitement bien sur le modèle. »

Quelques mots sur ton futur projet ?

« La prochaine exposition après Le Chat Bleu a un lien avec la musique. C’est tout ce que je peux dire pour le moment ! En ce qui concerne d’autres projets, je vis à Nantes depuis peu et j’ai pour projet d’exposer dans cette ville. J’aurai un travail sur les hommes à montrer d’ici quelques mois… J’aimerai aussi beaucoup monter un projet pour les 500 ans du Havre en 2017, à réfléchir et à travailler ! »

Merci Jade !


Rendez-vous donc au Chat Bleu à partir du 13 mai pour découvrir la prochaine expo de Jade, photographe officielle des rêves havrais.

La page Facebook de Jade Bailleul

Le site de Jade Bailleul

Crédits photos : Jade Bailleul


Photos Jade Bailleul

Et vous, vous en pensez quoi ?