Les Zazous et l’Archibox : la culture made in Le Havre

 

20151028_212927LH by night. Ses bistrots, ses restos et Saint Jo guidant ses âmes égarées tel un phare flamboyant. Il est vrai que notre ville regorge d’atouts séduisants, mais sa vie nocturne peine à s’afficher en tête de liste. Et pourtant, nous sommes dehors, à refaire le monde dans les quelques rades qui illuminent les rues silencieuses de la ville. Parmi eux, une figure de proue promouvant la culture havraise et berceau d’un nouveau concept prometteur : Les Zazous.


UN RADE PASSIONNÉ DU HAVRE

Nous en avions pourtant entendu parler. Il nous est déjà arrivé de passer devant en flânant rue Victor Hugo. On s’était même promis d’aller boire un verre dans ce bistrot qui, à l’époque, nous paraissait destiné à un public un poil plus âgé que nous. Aujourd’hui, plus d’excuses : nous voilà embarqués dans ce lieu plein de promesses qui semble nous attirer comme des abeilles sentant l’odeur du miel.

Une fois décidés à passer la porte, on ressent une atmosphère unique qu’on pourrait traduire par un changement de saison. On se sent immédiatement transporté loin de l’agitation du Trappist qui brasse autant la bière que ses clients. On se sent tout de suite les bienvenus. Après avoir commandé notre vice du jour, accompagné d’une rondelle de citron et d’un sourire, on s’assoit et on commence à découvrir les lieux. Il est alors aisé d’identifier ses fidèles habitués flanqués au comptoir : ceux qui ont adopté le bar et ceux que le bar a adopté.

En buvant notre verre, on réalise rapidement que le bar reflète la vie havraise. Les murs aux couleurs vives et chaleureuses affichent des toiles d’artistes locaux. On reconnaît entre autres la patte du Mascarade Shop. On découvre des affiches musicales, des vinyles entassés à côté d’une vieille chaîne Hi-Fi qu’on aurait envie de voir fonctionner tel un vieux jukebox. Les étagères sont envahies de disques de toutes les époques et on trouve même une guitare accrochée au-dessus du comptoir. On se retrouve à boire de la bière confortablement dans un bain de pop culture, et nous voilà séduits. Passer la porte des Zazous, c’est comme rentrer à la maison en fin de journée : on se sent chez soi. Et on aurait envie d’y rester toute la soirée.

20151028_202523De l’happy hour posée en after work jusqu’à l’agitation des concerts, les Zazous savent séduire pour que chacun y trouve son compte. Mais ce qui fait la force de ces oiseaux havrais, c’est le rendez-vous incontournable du blind test. Chaque mercredi soir à partir de vingt heures, les habitués viennent se presser au comptoir comme des supporters le long d’un circuit automobile. Les équipes se forment, la musique démarre, l’ambiance monte d’un cran. Les propositions de titres fusent sous les cris, les postillons et les coups de coudes au comptoir pour espérer être le premier à s’imposer. L’espoir il vous en faudra pour remporter la victoire, car les musicos dégaineront toujours les premiers. Les intros de chansons défilent, le temps passe et les esprits s’échauffent. L’équipe gagnante décrochera une place pour un évènement prochain au Havre. Peu importe le résultat, au final chacun finit par rentrer chez soi avec de bons souvenirs, d’un air absent et animé d’une seule pensée : “vivement mercredi prochain”.

Mais les Zazous c’est avant tout une histoire d’amour avec le Havre. Plus qu’un bar, c’est un point de ralliement tenu par des passionnés qui se veulent au courant de l’actu’ culturelle du Havre. On y trouve une flopée de programmes du Tetris, du Volcan et autres lieux riches en animation. Impossible après ça d’ignorer ce qui se passe en ville. Le début d’une réconciliation entre les havrais et la vie nocturne.

Rencontre avec Aurélie, la patronne du bar. En échangeant avec elle, on ressent qu’elle aime sa ville et s’investit pour elle. On est réceptif à son envie de partager ce qui s’y passe. Et c’est bien l’ingrédient secret d’une recette qui marche. Depuis trois ans qu’il a ouvert, Les Zazous a vu le jour en intégrant le collectif Bars-bars, le réseau reliant les cafés culture de tout le pays. Aurélie fait aussi partie de Comm’en mars, une asso diffusant les activités culturelles et promouvant les artistes havrais, mais surtout à l’origine du nouveau concept qui nous intéresse : Archibox.


ARCHIBOX, LA PASSERELLE ENTRE LES HAVRAIS ET LEUR CULTURE

Aurélie, Michael, Elise et Flora. Les quatre membres de Comm’en mars à l’origine du projet. Quatre havrais témoins de ce qui se raconte en ville : “il ne se passe jamais rien au Havre”, “le Havre c’est mort” ou au mieux : “on n’est pas au courant”. On ressent pourtant une volonté de s’intéresser de la part des habitants, mais en résulte souvent un engouement éphémère, faute de médias mettant en relation les havrais et l’offre culturelle du Havre pourtant riche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De ce constat est né Archibox. L’idée ? Sensibiliser les havrais à leur culture. Un moyen de découvrir, de rester informé, mais aussi de permettre aux artistes de communiquer et diffuser leurs oeuvres. Un dispositif déjà existant dans plusieurs grandes villes, et qui vient légitimement trouver sa place dans un Havre parfois anesthésié.

Pour cela, l’asso met à disposition tous les deux mois son archibox,  un panier surprise contenant des oeuvres et infos sur l’actu’ culturelle du moment, mais surtout une invitation à la vivre : place de ciné, place de concert, CD, vidéo, photo, affiche… tous les moyens sont bons pour attiser la curiosité. Un contenu diversifié à chaque fois préparé par des artistes connus et moins connus cherchant à se faire connaître. La box est disponible par précommande, nécessitant une inscription annuelle de dix euros pour adhérer à l’association, puis vingt euros pour chaque box, sans engagement. Quand on sait que chacun dépense en moyenne quinze euros par mois en budget culture, il n’y a plus qu’à déballer le papier cadeau.


LE CONTENU DE L’ARCHIBOX #01

 

Pour sa grande première, l’asso a préparé une box diversifiée et faite maison par les artistes participants. Bien entendu, nous avons commandé la nôtre afin de soutenir cette belle initiative et pour vous exposer son contenu. Retour sur le déballage tant attendu aux Zazous dans une ambiance de célébration. Peut-être succomberez-vous à votre tour ?

Jade Bailleul, photographe

          “Le Havre vu par…” Jade, photographe. Pour sa participation à l’archibox, elle a accepté de fournir une photographie signée, numérotée et exclusive à cette première box.  Son expo actuelle, “Promenons nous dans les bois”, est au Chat Pitre à Fécamp jusqu’au 27 novembre. On trouve également sa biographie relatant son parcours et ses influences artistiques. Un talent à suivre de près.

Site de Jade Bailleul

OLYMPUS DIGITAL CAMERACannibale Peluche, asso de cinéma

          Derrière ce nom déjanté se cache une asso du Havre destinée à faire (re)découvrir des films marginaux et transgressifs, qui cassent les codes du cinéma de genre. L’occasion de renouer avec un cinéma méconnu au Studio. Pour l’occasion, Cannibale Peluche nous offre une place pour une des deux séances du mois au Studio : The Toxic Avenger IV ou Super-8 Madness.

Page Facebook de Cannibale Peluche

Du Grain à Démoudre, festival de cinéma

          Voici une asso de cinéma crée par de jeunes talents passionnés par l’audiovisuel. Cette année a lieu leur 16ème festival du 21 au 29 novembre à Gonfreville l’Orcher. L’occasion de rencontrer des professionnels entre deux courts – ou longs – métrages. La box dévoile son planning complet, avec notamment au programme une séance en Drive In au Tetris. Cerise sur le pop-corn, ils fournissent une place pour l’ouverture du festival !

Site de Du Grain à Démoudre

OLYMPUS DIGITAL CAMERAMascarade Shop, galerie d’art

          Mascarade Shop est une Galerie d’Art située rue Abbé Herval, à proximité de la Cathédrale Notre-Dame. Elle est gérée par Alexandre Delaunay qui met en avant les artistes havrais et nous offre pour cette première édition une linogravure signée et numérotée. Une édition exclusive à l’archibox #01 ! En complément, Alexandre nous offre un bon pour retirer une affiche à la galerie, histoire de nous mettre en appétit. Pari réussi.

Page Facebook du Mascarade Shop

Rocket FuckOff Asso, asso musicale

          Ce collectif au nom si poétique a pour but d’animer les lieux de répétition au Havre, mais possède également son propre studio d’enregistrement, le Rocket Fuck Off Studio. L’asso a vu passer de nombreux groupes et a aidé à lancer certains d’entre eux. Elle nous fait partager son travail en ajoutant à la box sa première compil’ Rocket Fuckoff Associates Vol.1 qui met en avant cinq groupes : Succub’s, Asphalt, Tuaregs, SikbuZ, döb et Forehead. A écouter !

Page Facebook de la Rocket FuckOff Asso

Serpat Crew, asso Hip-Hop soutenu par les Havrengers

          Une équipe d’une dizaine de personnes passionnée de la culture Hip-Hop. Danseurs, rappeurs, graffeurs, DJ’s, ont rejoint ce crew et organisent une fois par mois le Call Out, un battle de Break Dance, qu’on peut maintenant retrouver une fois par mois au Tetris. Le Serpat Crew est produit par les Havrengers, un collectif de talents havrais passionnés par les métiers liés à l’image. Ils contribuent à cette première box en offrant un clip vidéo du Serpat Crew, Autumn Rip-Off , qu’ils ont tourné au Fort de Tourneville.

Page Facebook du Serpat Crew

Page Facebook des Havrengers


Cette première édition permet donc de découvrir des assos dynamiques pourtant méconnues au Havre, et a remporté un beau succès dépassant les estimations, puisque 38 box ont trouvé preneur. Un beau démarrage célébré aux Zazous en présence des nouveaux membres et d’artistes intéressés pour participer aux éditions suivantes. Un succès qui devrait être amené à grandir, avec en projet, un site permettant de faciliter les précommandes.

L’archibox #02 quant à elle, verra le jour en décembre et sera placée sous le signe des cadeaux. Vous savez maintenant quoi mettre au pied du sapin pour Noël !


Les Zazous, 147 rue Victor Hugo

Page Facebook des Zazous

Page Facebook d’Archibox

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et vous, vous en pensez quoi ?